Calmann-Levy

recherche avancée

Khayè Wenig

Khayè Wenig

KHAYÈ WENIG, très ébranlée par les épreuves subies, se suicida le 28 février 1949. Elle cacha les lettres de Zysman pendant toute la guerre dans leur appartement rue du Temple, avec celles qu’elle avait écrites dans un cahier d’écolier à ses deux fils lorsqu’elle était hospitalisée à la Salpêtrière durant l’été 1942. Ses lettres sont présentées à la suite de celles de Zysman.

Bibliographie

  • image 01
LETTRES À KHAYÈ

« La correspondance clandestine d’un amour en temps de guerre resurgit du passé dans un livre bouleversant. »
La République du Centre.fr

« Un ouvrage grave, où pointent, pourtant, des éclairs d'espérance. »
Les Affiches de Normandie