Calmann-Levy

recherche avancée

Barbara Constantine

Barbara Constantine

Longtemps scripte pour le cinéma et la télévision, Barbara Constantine consacre aujourd’hui son temps à l’écriture et aux voyages (à la rencontre des lecteurs dans les collèges, lycées, librairies, bibliothèques, etc.). Mais aussi : à tourner (sur un tour de potier), à planter (fleurs, légumes, arbres, idées…), à cuisiner (des petits plats végétariens) et à rire (avec tout le monde, mais surtout avec ses enfants et petits-enfants qu’elle trouve extraordinaires, évidemment !).

 

Bibliographie

  • image 01
  • image 01
  • image 01
  • image 01
  • image 01
  • image 01
PETITS PORTRAITS DE TRÈS GRANDES PERSONNES

« Des tranches de vie pleine de rires et d’émotions, des histoires cocasses, des souvenirs émouvants, avec des portraits de personnages attachants et tendres sur lesquels l’auteur porte un regard bienveillant. »
Senior Magazine
 
« Les auteurs ont choisi un style espiègle, surtout pas "gnangan", pour mettre en scène ces témoignages touchants d'une vie passée à toute allure. »
Agevillage"Et puis Paulette... décrit une société solidaire où l'amitié est importante, sincère, entre personnes de diverses générations."
Cor. NR, Gilles Guillemain, La Nouvelle République

"L'humour est toujours au rendez-vous, avec une écriture légère, parfois un ton naïf. C'est un message d'espoir pour que grand âge ne rime pas avec naufrage."
La Nouvelle République du Centre-ouest

"Une fois encore, Barbara Constantine nous offre une petite perle d'humour et de délicatesse à travers les destins de chacun. Servie par une plume rayonnante et épurée, cette histoire irrésistible est un bonheur de lecture."
Valérie Bellini, Femme actuelle jeux

"Barbara Constantine lance un touchant appel à la solidarité entre générations."
Claire Julliard, Le Nouvel Observateur

"Avec des mots simples l'auteure donne vie avec bienveillance à cette tribu de bric et de broc qui va apprendre à vivre ensemble. Un récit hors du temps, tout à fait rafraîchissant."
Claire Ageneau, La Vie

"Rafraîchissant. C'est drôle, plein de tendresse et de bons sentiments..."
M.G., Femme actuelle

"Un hymne au partage et à la solidarité. Un roman sans équivalent qui mêle audacieusement la poésie de la narration à la gravité du propos."
Nice matin

"Avec légèreté, la romancière brosse le portrait d'une société qui aurait tout à gagner à ne pas se couper de la terre et à prendre soin de ses anciens."
Psychologies magazine

"Barbara Constantine s'empare d'un sujet dans l'air du temps sans candeur excessive, mais déploie assez de tendresse et de poésie pour nous convaincre de sa chaleureuse utopie : plus on est de fous, plus... on vit !"
S. G., Pleine Vie

"Barbara Constantine raconte le destin de ses personnages avec beaucoup d'humour et d'humanité. Scripte et romancière, elle vit en région parisienne, mais séjourne régulièrement en Berry."
L'Echo

"Une réussite."
Claire Julliard, Le Nouvel Observateur

"Lire un livre qui veut à toute force vous prouver que la vie est belle, ça fait du bien."
Lila Perlot, Belle

"Si vous aimez les romans optimistes d'Anna Gavalda, vous adorerez le style lumineux, les personnages fantasques de Barbara Constantine et surtout, vous fondrez devant Tom un petit bonhomme sacrément doué pour le bonheur."
Femmes d'Aujourd'hui

"Dans ces pages, l'amour n'a pas d'âge. Un délice !"
Karen Isère, Télé 7 jours

"Un peu de douceur et de bonheur dans un monde qui en est trop souvent dépourvu."
M.P., Vers l'avenir

"Ce livre nous invite à prendre le temps de vivre, d'aimer à 10 ans comme à 78 ans, pour échapper au rythme infernal du boulot, de la maladie et de la mort. Cette histoire est racontée dans un langage qui restitue le bougonnement des vieillards, l'emportement des adultes et le gazouillis des plus petits."
Juliette Robert, Elle

Un premier roman qui allume

On voudrait rajouter des tonnes de !!!!!!! après Allumer le chat à la fois pour faire la nique au nouvel Helvète Johnny et pour marquer encore plus le délicieux délire dans lequel nous entraîne ce premier roman hilarant (...). 
                         

Deschiens et deschats...

On a dit de ce livre qu'il était un enfant des Deschiens. Allumer le chat est pourtant plus printanier et moins lucide (...).
                            C.D.-M.                        

LE LIVRE DU JOUR

On peut rire de tout

[...] L'hyperréactivisme social est dynamité par le parti pris d'invraisemblance : c'est Zola revisité par Feydeau. 

Astrid de Larminat       
 

LE COIN DU LIBRAIRE

Ce premier roman
l'a touchée


Samia BEN RAMDANE (librairie L'Ile Lettrée - Paris Xe) conseille les clients "[...] le texte est pédaradant, vif, alerte, plein de tendresse et d'humour. Par certains aspects, il me fait penser à du Raymond Queneau"

 

"Tout un petit monde s'agite entre ces pages revigorantes, un monde fou-fou-fou, qui se télescope tout au long de chapitres très courts."
Hubert Prolongeau, Le Journal du Dimanche

"Allié à la truculence de la langue, ce récit résonne comme un éclat de rire, un pied de nez sautillant au nombrilisme et aux gravités de l'existence."
C.D.-M., Marianne

"Allumer le chat est un ovni littéraire dans lequel on embarque pour un voyage extravagant et insolite. ll y a du Queneau chez Barbara Constantine, qui signe là son premier roman. Drôle, savoureux. Complètement allumé."
Isabelle Courty, Le Figaro magazine

"Un premier roman virtuosen humain, drôle et formidablement vivant."
R.Ba., Biba

"Avec douceur et felinité, l'auteur conduit le lecteur dans ces petits arrangements drôles et émouvants. Douce vie."
Dominique Gerbaud, La Croix

"Ecrit à la bonne franquette, dans une construction marabout-bout de ficelle, avec une ironie bienveillante sur des êtres cherchant l'amour, un point c'est tout."
J-L. D., Le Monde

"Un premier roman explosif comme un feu d'artifice, entre Queneau et les Deschiens, cela n'arrête pas une seconde, des personnages tendres et mesquins, un chat philosophe et une écriture trépidante. Hilarant!"
S. des H., Valeurs actuelles

"On est dans le rêve et l'absurde, c'est raconté simplement mais inventé malicieusement. On dirait du Queneau, non ?"
F.B., Metro

"L'écriture est simple, rapide. Bref, 260 pages a dévorer..."
Luc Lemaire, 20 minutes